Grossesse

Le stripping – 9 choses à savoir

24 mai 2016
Lucie Bataille Doula Montreal stripping

« Allô Lucie, mon médecin m’a proposé un stripping à mon rendez-vous de 38 semaines. Il a été surpris que je le refuse, me disant que ça ne pouvait être qu’avantageux pour mon bébé et moi. Je suis repartie un peu confuse. » Aaah, le fameux stripping! Asseyez-vous cinq minutes, que je vous en parle un peu plus.

Certains diront que le stripping, ou décollement des membranes en bon français, est une méthode naturelle car il ne s’apparente pas au déclenchement de l’accouchement par ocytocine synthétique. D’autres rétorqueront que c’est une manœuvre qui vient perturber le rythme naturel de bébé et de la naissance. Bref, le stripping est un pensez-y-bien et je vous dis pourquoi, en 9 points.

9 choses à savoir sur le stripping

#1 Le stripping, c’est quoi au juste?

C’est un coup de pouce, ou devrais-je dire un coup d’index, que l’on donne à la nature en fin de grossesse. Concrètement, le médecin décolle les parois du sac amniotique (aka les murs de la maison de bébé) avec son doigt tout autour du col de l’utérus. Ce faisant, il provoque une libération de prostaglandines, l’hormone qui contribue à la maturation du col et à l’apparition des contractions.

#2 Le col de votre utérus doit être prêt.

Si votre col n’est pas au moins un peu dilaté (1 cm), les membranes ne seront pas accessibles. Traduction : stripping impossible! Le col commence généralement à se dilater quelques semaines avant la date prévue d’accouchement, mais il arrive également qu’il reste en mode motus et bouche cousue jusqu’aux premières contractions.

#3 Une manœuvre inconfortable, voire douloureuse.

Tout est dit. À la base, il n’est pas toujours très agréable de recevoir de la visite au creux de ses entrailles, vous en conviendrez. Le stripping se révèle bien souvent inconfortable, parfois même (très) douloureux. Après coup, vous pourriez ressentir des tiraillements ou des crampes, ce qui ne signifie pas nécessairement que le travail commence. Le stripping peut également occasionner de légères pertes sanguines.

#4 Attendre le bon moment.

Il y a des situations plus opportunes que d’autres lorsque l’on considère un décollement des membranes. Tenez-vous le pour dit, un stripping est plus réaliste à 41 semaines de grossesse qu’à 37 ou 38. Si un déclenchement règne comme une épée de Damoclès au-dessus de vous parce que vous approchez trop dangereusement des 42 semaines pour votre médecin, un stripping pourrait être approprié afin de tenter de démarrer naturellement le travail. Si on vous le propose avant 40 semaines, pensez-y à deux fois avant d’accepter et gardez en tête les points suivants.

#5 Attention au faux espoir.

Pour avoir lu ou entendu plusieurs témoignages de déception, c’est un point qu’il m’importe de souligner. Ne pensez pas que les contractions se déclencheront à coup sûr dès que vous sortirez de chez le médecin. La machine humaine est parfois plus complexe. Il pourrait s’écouler quelques heures ou quelques jours avant de voir un résultat. Soyez consciente qu’un décollement des membranes pourrait également n’avoir aucun impact. Niet, nada, nicht, pantoute.

Ne soyez donc pas déçue, surprise ou fâchée de vous réveiller le lendemain en réalisant que bébé se la coule toujours douce dans sa piscine privée. Le stripping de votre prochain rendez-vous sera peut-être plus efficace… ou pas. Ce qui nous mène au point suivant.

#6 Des strippings à répétition.

Le premier stripping n’a pas fonctionné, le deuxième non plus. Vous y avez bien cru au troisième, mais toujours pas de bébé dans vos bras. Allô les faux espoirs à répétition! Il y a un proverbe qui dit : « À trop vouloir tirer sur la tige, on finit par la casser ». Je n’insinue pas que vous allez casser votre bébé avec un ou plusieurs strippings, mais qu’il vaut parfois mieux lâcher prise sur des détails que l’on ne peut contrôler et attendre que bébé soit prêt à naître. Après tout, c’est lui qui a le dernier mot!

#7 Gare au stripping à votre insu.

Il arrive que certains médecins décollent les membranes de leurs patientes lors d’un examen vaginal sans leur en parler. En s’appropriant leur consentement, ces cachotiers présument à leur place ce qui est le mieux pour elles. De quoi être un peu surprise et fâchée si cela va à l’encontre de leurs désirs.

Vous l’aurez compris, cette pratique représente un manque de respect envers vous et devrait être bannie. C’est votre décision et votre médecin devrait vous demander votre accord avant de procéder. N’hésitez pas à refuser cette intervention intrusive (et toutes les autres) si vous n’y consentez pas. C’est dans vos droits, tout simplement.

#8 Attention à la rupture!

Faisons un peu de vulgarisation. La poche des eaux, dans laquelle bébé baigne, et qu’on appelle aussi sac amniotique, a une paroi double (d’où l’utilisation du terme « membrane » au pluriel). La paroi côté bébé est l’amnios et la paroi côté utérus est le chorion. Quand on perd les eaux, il se peut quelques fois que seule l’une de ces parois se fissure. On parle alors de feuillet et le flux de liquide amniotique qui s’écoule est moins important.

Un décollement des membranes peut avoir l’effet d’affaiblir ces dernières et provoquer une rupture spontanée prématurée. Il se peut également que la poche des eaux soit accidentellement fissurée ou rompue lors de la manœuvre. Dans les deux cas, votre bébé ne sera plus protégé dans sa poche et un risque d’infection apparaîtra. On espèrera alors que l’accouchement s’annonce assez rapidement afin d’éviter un déclenchement artificiel et le lot d’interventions qui pourrait s’ensuivre.

#9 Une longue phase de latence.

La phase de latence est la première phase de l’accouchement, celle qui permet de s’adapter graduellement à l’inconfort et à l’intensité des contractions. Un stripping peut entrainer une longue phase de latence ponctuée de contractions irrégulières et d’épisodes sans contractions. Elle peut s’étendre sur plusieurs journées, ne vous laissant alors peu de répit pour vous reposer et prendre des forces. Soyez donc consciente qu’un stripping peut être synonyme d’un début de travail instable, frustrant et épuisant.

Vous conclurez donc que le stripping n’est pas toujours une panacée. Il fonctionne comme un charme pour certaines mais peut, comme une banane encore verte, laisser un goût amer à d’autres.

Oui, je sais. Je sais que la fin de grossesse est pénible, qu’on est tannées du béluga style sur le sofa et qu’il n’est pas toujours facile de prendre son mal en patience. Courage… Encore quelques jours et vos efforts seront bientôt compensés! :-)

Crédit photo : Lucie Bataille Photographie

Vous souhaitez en savoir plus sur les interventions qui pourraient vous être proposées en vue de votre accouchement? Une doula pourrait vous être d’une grande aide!*

*Pssst… J’émets maintenant des reçus d’assurance!

Articles que vous pourriez aimer

2 commentaires

  • Reply Kim 3 juin 2016 at 04:29

    Merci! Sur 4 enfants il n’y a qu’à mon dernier que j’ai entendue parlé de cette méthode. Mon médecin me l’à fait à 39,1 semaines sans me le dire et je ne l’ai presque pas senti… c’est après l’examen que je lui ai posé la question à savoir ce que c’était exactement et ce que ça faisait… elle m’à dit: et bien je l’ai fait! Oh que je n’étais pas contente! Je suis partie en ambulance le lendemain matin car bb était super pressé… tsé quand tu es habitué de les avoirs en retard tes bb… ça a complètement tout gâché. Mon chum m’à rejoins plusieurs heures plus tard car il devait attendre que sa mère arrive pour gardé… a 7h le matin d’habitude elle dort… l’accouchement s’est compliqué, bb avait le nez vers le haut et un noeud dans le cordon… je me dis que sans cette intervention tout aurait mieux fonctionné! Plus jamais je ne laisserai quelqu’un faire quelque chose sur mon corps sans mon concentement! De plus, elle n’était pas disponible pour m’accouché le soir ou elle m’a fait le stripping, elle m’à dit qu’elle espérait que ça ne soir que le lendemain… bref je suis déçu

    • Reply Lucie Bataille 5 juin 2016 at 20:03

      Je comprends ta frustration. Le consentement libre et éclairé est un droit, pas une option. On croise les doigts pour que les pratiques évoluent positivement au fil du temps!

    Laisser un commentaire