Grossesse

Sexualité pendant la grossesse – Petite FAQ

29 février 2016
La sexualité pendant la grossesse - Lucie Bataille Doula Montréal

Les femmes enceintes ne vivent pas toutes leur grossesse de la même manière. Pour certaines, c’est une source d’épanouissement tandis que pour d’autres, cette période est moins bien vécue. Il en va de même pour la sexualité, que la grossesse peut chambouler autant pour monsieur que pour madame. Cette FAQ de la sexualité pendant la grossesse répond aux questions les plus fréquentes que l’on se pose durant ces neuf mois.

La sexualité pendant la grossesse en 11 questions

#1 Peut-on faire l’amour quand on est enceinte?

Oui, oui, et oui! Si la grossesse se déroule normalement, il n’y a pas lieu de se priver. En fait, la question à se poser serait plutôt : pourquoi la sexualité pendant la grossesse est-elle contre-indiquée? La réponse est à la question #8. Donc, sauf si votre médecin vous l’interdit formellement pour une raison précise, vous pouvez vous en donner à cœur joie sous la couette (ou ailleurs)!

#2 Pourquoi ma libido est-elle en montagnes russes pendant ma grossesse?

Les hormones vous jouent des tours, l’anxiété n’est parfois pas très loin, votre corps change et une gêne mécanique apparaît dans les derniers mois. De quoi quelque peu chambouler la libido!

Le premier trimestre est la plupart du temps synonyme de calme plat. La faute aux nausées et à la fatigue, premières conséquences de l’adaptation du corps à son nouvel état. Faire l’amour quand on se sent flagada, nous en conviendrons, ce n’est pas donné à tout le monde. Bien qu’il n’y ait aucun lien entre les deux, la peur de la fausse couche peut être une source d’angoisse réprimant également le plaisir sexuel.

C’est au cours du deuxième trimestre que les femmes enceintes se sentent généralement les plus épanouies. Le fœtus est bien accroché, le bedon se fait de plus en plus visible, bref, le rythme de croisière est amorcé. Certaines femmes disent vivre ce trimestre comme la lune de miel de la grossesse. D’un point de vue physique, l’augmentation du volume sanguin, les tissus des seins plus irrigués et le vagin plus lubrifié contribuent à améliorer les sensations sexuelles et procurent des orgasmes plus forts. Alléluia!

Certains couples sont moins actifs lors du troisième trimestre, car plus le bedon prend de l’ampleur, plus le confort diminue. Il faut dire que mécaniquement parlant, c’est un peu moins pratique, bien que plusieurs positions restent possibles, comme précisé à la question #10. D’autres couples, moins incommodés par l’inconfort, auront des relations sexuelles jusqu’à la fin de la grossesse.

#3 Le désir sexuel de mon chum peut-il varier lui aussi pendant la grossesse?

Oui, et ça arrive plus souvent qu’on le pense. Pendant que plusieurs peuvent être décontenancés par leur futur rôle paternel et les changements physiques de leur chère et tendre, faire l’amour à ce corps qui change relève du fantasme pour d’autres. Il y a aussi de futurs pères qui pourraient se sentir incestueux en pensant que le fœtus participe à l’acte, ou encore craindre de leur faire mal à tous les deux. Dans ce cas, rendez-vous à la question #5.

#4 Nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde. C’est grave, docteur?

Il y a des femmes que la grossesse inhibe et d’autres qui se découvrent des pouvoirs de séduction insoupçonnés. Il y a des hommes qui adorent faire l’amour à leur femme enceinte et d’autres que ça rebute. Si l’on prend en compte l’appétit sexuel de chacun qui peut par ailleurs varier d’un trimestre à l’autre, les chances de ne pas être sur la même longueur d’onde sont plutôt élevées.

Il n’y a aucune règle entourant la sexualité pendant la grossesse et rien n’est anormal. La normalité, c’est plutôt de dire que le couple doit la vivre comme il l’entend, à son rythme et en étant à l’écoute de soi et de l’autre. D’où l’importance d’une bonne communication afin de comprendre les blocages de l’autre pour mieux les accepter et, peut-être, les éliminer. Il faut garder en tête que la situation est temporaire et que tout devrait revenir dans l’ordre quelques mois après l’accouchement.

« Beaucoup de couples, tout en partageant leur sexualité, n’ont pas développé l’espace de partage, l’intimité confortable qui permet de discuter simplement de ce qui se passe entre eux à cet égard. Or, la nouvelle réalité de leur sexualité a besoin de leur attention pour s’épanouir. Il y a là un territoire à explorer, et une complicité gagnée qui leur sera plus qu’utile après la naissance de leur bébé. » – Isabelle Brabant, dans Une naissance heureuse.

#5 Est-il possible de faire mal au fœtus lors d’un rapport sexuel?

Mettons les choses au clair. À moins que monsieur soit équipé d’un dard super puissant, il est impossible qu’il touche le fœtus lors d’un rapport sexuel. Celui-ci n’est pas dans le vagin, mais quelques pouces au-dessus, bien protégé dans l’utérus par le liquide amniotique, les membranes, les parois de l’utérus, le col (qui mesure environ 4 cm) et le bouchon muqueux. Bref, tout ceci est bien scellé, alors, dans ces conditions, il n’y a pas de danger de nuire à bébé! Au contraire, les mouvements le bercent. On dit même qu’il bénéficie de l’effet de bien-être procuré par la sécrétion d’endorphine pendant l’acte.

#6 Peut-on risquer d’accoucher prématurément en faisant l’amour?

Plusieurs études ont démontré que la sexualité pendant la grossesse ne peut provoquer un accouchement prématuré. Comme précisé à la question #11, l’orgasme provoque des contractions de l’utérus, mais pas au point de déclencher l’accouchement si bébé n’est pas prêt à naître.

Par contre, s’il y a menace d’accoucher prématurément, parce que le col de l’utérus se dilate avant l’heure, par exemple, il vaut mieux éviter tout rapport sexuel. Le médecin pourrait également déconseiller les activités sexuelles si la femme enceinte présente un antécédent d’accouchement prématuré.

#7 La sexualité pendant la grossesse est-elle un facteur de risque de fausse couche?

Tenez-vous-le pour dit, la sexualité pendant la grossesse ne fait pas partie des facteurs de risque de fausse couche et plusieurs études le prouvent. Il n’y a donc aucune crainte à avoir. Mis à part les accidents majeurs, les fausses couches sont généralement la résultante de défauts génétiques ou anatomiques.

#8 Quelles sont les contre-indications médicales?

La sexualité est généralement proscrite lors d’une grossesse à risque. Le médecin pourrait conseiller de s’abstenir dans les situations suivantes :

 Le placenta est inséré trop bas (placenta dit praevia).
 Des saignements vaginaux importants sont observés à la suite d’un rapport.
 Il y a une menace d’accouchement prématuré.
 La poche des eaux est fissurée ou rompue.

#9 Nous ne pouvons pas faire l’amour, mais notre libido est dans le tapis. Que faire?

La sexualité, ce n’est pas uniquement une affaire de pénétration vaginale. Il y a d’autres façons de pimenter la sexualité pendant la grossesse. Pourquoi ne pas laisser place à l’innovation ou revisiter d’anciennes sensations? En utilisant les mains, la bouche, la langue et tutti quanti, toutes sortes de caresses et de touchers sont possibles là où ça fait du bien, ailleurs que dans le vagin (allô la nuque, le clitoris et autres zones érogènes!). Certains partenaires profitent même de cette occasion pour découvrir les plaisirs du sexe anal.

Cet embargo est aussi une bonne occasion pour développer la tendresse dans des rapports non-coïtaux. Se retrouver dans le doux et dans l’affection peut être une solution pour combler cette attente.

#10 Existe-t-il un kamasutra de la femme enceinte?

Oh que oui! Il existe au moins une dizaine de positions parmi lesquelles le couple peut trouver aise, confort et plaisir pendant la grossesse. Ce cher ami Google est là pour alimenter la créativité des partenaires en manque d’inspiration. La clé, c’est d’éviter les positions qui écrasent le ventre (out, le missionnaire!).

#11 Faire l’amour pour déclencher le travail en fin de grossesse, ça fonctionne pour vrai?

Aucune étude ne le prouve, mais ça peut aider. Saviez-vous que les hormones produites lors de l’accouchement sont les mêmes que lors d’une relation sexuelle? Parmi elles, il y a la prostaglandine, qui contribue à la maturité du col et qu’on retrouve dans le sperme. Aussi, quand une femme a un orgasme (grossesse ou non), son corps libère de l’ocytocine, qui fait contracter l’utérus. Sans être un déclencheur en soi, l’acte sexuel contribue surement à favoriser un déclenchement naturel du travail. Dans tous les cas, on ne perd rien à essayer!

Il y a des méthodes plus efficaces quand on souhaite déclencher naturellement le travail, parce qu’on a dépassé sa DPA, par exemple. L’acupuncture en fait partie.

Votre sexualité a-t-elle été chamboulée pendant la grossesse? Comment avez-vous vécu ce changement de libido?

Crédit photo : Lucie Bataille Photographie

Articles que vous pourriez aimer

Aucun commentaire

Laisser un commentaire