Accouchement, Entrevue, Grossesse, Naissance

8 questions sur la sophrologie prénatale

19 janvier 2016

Tout au long de l’année, je présenterai sur mon blogue des entrevues avec divers professionnels de la périnatalité que l’on peut consulter pendant la grossesse, en vue de l’accouchement ou encore avec un nouveau-né. C’est avec la sophrologie prénatale que j’ai décidé d’ouvrir le bal.

La sophrologie prénatale en 8 questions

La sophrologie est une pratique qui rassemble des techniques orientales de méditation bouddhiste, de yoga, d’autohypnose et de relaxation occidentale. Contrairement à l’hypnose qui se concentre sur le subconscient, la sophrologie, elle, travaille la conscience. Zoom sur cette pratique encore méconnue au Québec, avec Dominique Dominique, sophrologue et professeure de yoga.

#1 En quelques mots, peux-tu nous dire ce qu’est la sophrologie?

La sophrologie est un bien grand mot qui peut en effrayer certains. Et pourtant! Le mot « sophrologie » vient du grec sos (harmonie), phren (conscience) et logos (étude). Par définition, il s’agit de la science de l’esprit serein appliquée à la conscience humaine. Par une pratique quotidienne, l’objectif est l’atteinte de la paix et de l’harmonie de l’être humain. Tout un défi, mais également un billet direct vers le tout-inclus du bien-être!

Concrètement, plusieurs techniques sont utilisées, dont la visualisation, l’imagerie mentale, l’autosuggestion, la méditation ainsi que les exercices de respiration et de relâchement musculaire en douceur. L’approche de la sophrologie que j’utilise est directement inspirée du Raja yoga, la plus ancienne des sciences du mental. On parle ici de l’adoption d’une meilleure posture mentale.

#2 En quoi la sophrologie prénatale peut-elle aider avant, pendant et après l’accouchement?

Dans le cadre d’une grossesse, la sophrologie prénatale aide la future maman à se relaxer physiquement et mentalement. Les techniques de visualisation utilisées permettent d’anticiper positivement toutes les peurs et les craintes relatives à la grossesse, l’accouchement, l’arrivée de bébé ou la survenue d’une complication.

L’adoption de postures mentales positives éloignent le stress et l’angoisse qui peuvent se manifester durant cette période de la vie des femmes. On met de côté les scénarios « catastrophe » et on apprend à nourrir le mental grâce à une banque d’images chargée de bonheur, de joie et de positivisme.

#3 La sophrologie est-elle différente de la méditation?

Grande question! L’objectif de la sophrologie est d’arriver à vivre en paix et en harmonie à chaque instant. La méditation est l’une des voies utilisées en sophrologie pour atteindre cette harmonie. Par contre, je crois que la plupart des gens éprouvent des difficultés à méditer et à observer leur esprit. Comprendre le fonctionnement de son « hamster hyperactif » est pour la plupart un défi de taille quand, au quotidien, les moments pour relaxer sont en voie d’extinction.

La sophrologie pédagogique est un véhicule qui montre le chemin à suivre, étape par étape, pour que la vie devienne harmonieuse à chaque instant. La méditation fait donc partie des moyens qui sont proposés en sophrologie pour arriver à vivre en conscience et en harmonie. Pour ma part, je rencontre beaucoup de gens vivant de l’anxiété chronique, de l’angoisse et des dépressions à répétition. Méditer peut alors devenir un irritant, sembler très inaccessible, voire devenir une opportunité pour nourrir un mental hyperactif et anxieux. Je propose donc de débuter par des techniques simples et accessibles telles que la relaxation physique, la reprise de contact avec son souffle, la relaxation mentale par le ralentissement des pensées, la visualisation positive, etc. Bref, on apprend à s’arrêter, s’observer, relaxer et méditer afin de célébrer la vie telle qu’elle est!

#4 Peux-tu nous donner un exemple d’exercice à pratiquer pendant la grossesse et l’accouchement?

Savoir se créer une bulle durant un accouchement peut être très bénéfique. Je suggère cet exercice aux futures mamans et les invite à pratiquer régulièrement la création de leur bulle et à se détacher de l’influence extérieure. Attention, le but n’est pas de se couper des autres, mais plutôt de s’ouvrir à soi et d’habiter son espace sacré avec confiance!

Assise ou debout, joignez les mains à la hauteur du ventre. Inspirez profondément, laissez la cage thoracique s’ouvrir en levant les bras vers le ciel et expirez doucement. Relâchez les mains, les bras de chaque côté de votre corps et imaginez que vous dessinez une bulle du bout des doigts autour de vous. Vous pouvez mettre une intention dans votre bulle de bien-être ou un besoin particulier pour la suite de l’expérience de votre maternité (amour, confiance, calme, présence, etc.). Répétez l’exercice trois fois. Fermez les yeux, ressentez cette intention qui vous habite et observez la sensation que cela vous procure. Tout ce dont vous avez besoin se trouve dans cette bulle. Tout est parfait!

#5 Dirais-tu que la sophrologie prénatale aide à calmer la douleur de l’accouchement?

Je dirais que la douleur de l’accouchement n’a pas à être calmée, mais qu’elle doit plutôt être vécue, tout simplement. La sophrologie se veut une approche qui ramène constamment vers les ressentis et la conscience à chaque instant. J’en entends déjà me dire qu’il est intense d’être dans l’instant présent pendant une contraction. Oui, c’est vrai. En tant que maman, j’en sais quelque chose! La grossesse peut être intense, les contractions sont intenses, la vie est souvent intensément intense, mais ce qui augmente l’intensité de façon négative est la peur! Par contre, lorsqu’on allume la lumière, les monstres disparaissent du placard pour se rendre compte qu’ils n’ont même jamais existé. Notre conscience est la lumière! La sophrologie prénatale peut donc assurément aider à apprivoiser l’intensité de l’accouchement!

#6 Combien de séances sont nécessaires pour obtenir des résultats satisfaisants?

Je suggère une série de sept rencontres pour bien apprivoiser la technique et adapter la méthode dans son quotidien. La pratique à la maison est importante et nécessaire pour en ressentir les bienfaits. Il ne s’agit pas d’une psychothérapie et le sophrologue devrait proposer des outils pour rendre la personne autonome dans sa démarche. Je suggère quelques fois  aux personnes d’enregistrer la séance pour la reproduire plus facilement à la maison.

#7 Peut-on la pratiquer soi-même, sans l’aide d’un professionnel?

Tout à fait. L’objectif est surtout de rendre la personne indépendante dans sa démarche. Le sophrologue est un guide, sans plus.

#8 Les séances peuvent-elles avoir lieu à domicile?

Oui. Les séances peuvent avoir lieu à domicile ou en clinique, en privé ou en groupe.

Merci Dominique!

Dominique Dominique - Sophrologue

Site Web | Page Facebook 
dominique.naturo.yoga@gmail.com | 514 962-0347
Association Canadienne de Sophrologie

Articles que vous pourriez aimer

Aucun commentaire

Laisser un commentaire